Cette année c’est décidé, je m’équipe !

  • Balai vitre : entre le mouilleur et la raclette, le résultat doit être parfait.
    Le plus difficile : trouver le juste équilibre entre la mousse et le niveau d’humidité. Si le mouilleur est trop essoré, la raclette va riper et il y aura des traces, idem si la mousse est insuffisante. Lorsque vous avez savonné la surface, vous ne devez pas voir de l’autre coté !
    Le petit plus : lorsque vous tirez avec la raclette, gardez le mouilleur dans l’autre main pour récupérer le gros de l’eau et éviter de salir le sol, ou faites le glisser le long du rail au fur et à mesure.
    En fonction de la hauteur de vos vitres, vous pouvez compléter votre équipement avec la perche télescopique qui se distingue par sa légèreté et son système à pas de vis.
  • Balai plat : pour laver, balayer, faire du balayage humide. Choisir le type de serpillière (coton ou microfibre) en fonction de la nature de votre sol. Pour bien essorer la mop coton, pensez à la rouler avec la bouclette à l’intérieur.
    Le petit plus : le balai tient debout, ménagez vous : apprenez à ne plus vous pencher pour mettre et retirer la serpillière !
    Lavez les mops en lave-linge après chaque utilisation. Pensez à doubler les serpillières pour gagner en autonomie. Laissez le seau à hauteur et à poste pour penser à bien rincer la mop à l’eau claire avant de la retremper dans l’eau de lavage.
  • Balai V7 : pour balayer les terrasses, garages, halls d’entrée, tapis d’accueil, en intérieur idéal pour les joints larges et les pierres naturelles, très apprécié si vous avez un ami à 4 pattes !
    Le petit plus : optez pour la mop microfibre très fine et très facile à rincer si vous avez des joints larges en cuisine et pour un nettoyage musclé des sols difficiles.