Si nous avons régulièrement abordé le problème du linge rêche sur ce blog, il ne s’agit pas ici de faire une redite mais bien de mesurer la différence qu’il peut y avoir entre l’apport d’un anticalcaire et la notion d’assouplissant textile. Ils ont tous les deux un rôle bien distinct à jouer pour assouplir le fil et en finir une bonne fois pour toute avec une fibre rugueuse et désagréable au toucher.

1- Phase de lavage : l’anticalcaire

Anticalcaire Haka Kunz

Il permet à la lessive de « faire son travail » dans le sens où il va limiter les effets du calcaire qui en s’insérant dans la fibre la raidit, la grisaille et en quelque sorte imperméabilise les taches.

Comment ça marche ?

Dans la grande majorité des lessives et anticalcaires poudres, les zéolites ont pris le relais des phosphates puisque ces derniers sont interdits dans les produits pour lave-linge en France depuis 2007. Les échangeurs ioniques que sont les zéolites transforment les ions calcium en ions sodium. Leurs limites sont de 2 ordres : ils ont un seuil d’efficacité,  en eau dure à très dure ils peinent à réduire l’impact du calcaire ; et enfin un problème de taille ils sont parfaitement insolubles et sont à l’origine de boues à traiter dans les stations d’épuration. Ils sont donc souvent associés dans les formules à des polycarboxylates (hélas peu biodégradables !) qui vont permettre la dispersion des particules insolubles.

Les silicates lamellaires ou phyllosilicates offrent une belle perspective :

  • Ce sont des séquestrants : ils « emprisonnent » le calcaire, l’empêchent de se re-déposer sur la fibre et le précipitent dans les eaux usées.
  • Ils agissent en synergie avec les autres composants lessiviels qu’ils boostent, participant donc pleinement à l’efficacité de la lessive.
  • Ils ont un comportement écologique exemplaire : les phyllosilicates sont des composants naturels de notre environnement, ils sont présents dans la croûte terrestre ; après utilisation industrielle ils sont rendus à leur cycle naturel !
  • Cerise sur le gâteau : ils sont totalement et rapidement solubles dans l’eau, aucun risque de résidus sur le linge ni dans les conduits.

Et dans les lessives liquides, il n’y a bien souvent aucun ingrédient anticalcaire ! Ou alors c’est l’acide citrique qui joue le rôle d’anticalcaire mais l’effet est limité puisque pour bien « dégraisser » le linge, le bain lessiviel se doit d’être alcalin ! Son utilisation est donc réservée aux lessives pour le fragile !

2- Fin de cycle : l’assouplissant

Ses fonctions sont multiples :

  • Il s’agit de produits à pH acide qui permettent de chasser les résidus de lessive.
  • Les assouplissants textiles contiennent dans leurs formulations des agents antistatiques, leur utilisation limite la charge électrostatique de certains textiles.
  • Comme dans les soins capillaires, on retrouve dans les formules des agents conditionneurs qui gainent le fil, le toucher est souple et le repassage plus agréable.
  • Accessoirement, et oui, ils parfument le linge, même si c’est souvent le plus important pour l’utilisateur ce n’est absolument pas leur fonction première !

En aucun cas ils ne peuvent extraire le calcaire qui se serait logé dans la fibre ! 

Notre sélection s’est portée sur des produits dont la fonction anticalcaire est assurée par des phyllosilicates. Au vu des résultats obtenus en eau dure à très dure, nous ne pouvons que fortement conseiller l’apport d’un anticalcaire bien dosé qui permettra à son tour de limiter la dose de lessive. Si notre offre d’adoucissant est multiple, c’est la cerise sur le gâteau !

Assouplissants CAPECO

Lexique / lave-linge

Anticalcaire : il transforme le calcaire de l’eau ou le séquestre et l’empêche ainsi de se re-déposer. Un anticalcaire n’est pas un détartrant. Dans le lave-linge, il va éviter que le calcaire ne s’incruste sur la résistance et n’imprègne le linge, mais il n’a pas la capacité à dissoudre le calcaire déjà installé.

Détartrant : il désincruste le calcaire sur une surface donnée.

Adoucissant : un adoucisseur d’eau* abaisse le niveau de calcaire (un échangeur ionique par exemple). Dans le langage courant, ce terme est souvent utilisé à la place de « assouplissant » voire aussi à la place de « anticalcaire ».

Assouplissant : c’est un produit utilisé en fin de cycle, dont la fonction première est d’apporter un toucher doux à la fibre.

*Pour ce qui se réfère au lavage du linge, la question qu’il faut se poser, si l’installation est équipée d’un adoucisseur d’eau, c’est plus de l’ordre du réglage de ce dernier et de l’apport régulier de sel. A noter qu’une eau adoucie rince mal, aussi il ne faut pas hésiter à régler le nombre de rinçage au maximum, la lessive résiduelle peut être à l’origine d’un toucher rêche.