C’est le principe de la douche : la vaisselle est aspergée par 2 bras rotatifs perforés (voir 3 selon les modèles), sorte de pales de lavage qui distribuent l’eau sous pression.

Si on distingue 4 phases de lavages : prélavage, lavage, rinçage et séchage, il convient de respecter quelques bases pour optimiser le résultat :

  • L’eau qui arrive dans la cuve se doit d’être parfaitement adoucie au risque de résultat de lavage de mal en pis ! D’ailleurs tous les laves vaisselles sont équipés d’un « adoucisseur en miniature » : le réservoir à sel ou échangeur ionique. En fonction du taux de calcaire de votre secteur, taux à relativiser si vous êtes équipés d’un adoucisseur d’eau (et qu’il fonctionne correctement !)  il est essentiel de bien régler la consommation de sel : se munir de la notice d’utilisation et du niveau de calcaire de votre lieu de résidence (affichage en mairie ou auprès de votre compagnie des eaux). Si vous avez un doute quand au résultat, il suffit de tester l’eau qui arrive dans la cuve pour s’assurer d’un bon réglage (demandez moi une bandelette test). Si vous habitez dans une région ou l’eau est douce, un apport de sel même limité (réglage de l’adoucisseur au minimum, apport de sel 1 à 2 fois l’an) permet de faire face à un éventuel apport de calcaire par la vaisselle elle-même.
  • Bien choisir la température de lavage, certes en fonction du type de vaisselle ! 40 à 45°C pour les verres fragiles, 65 à 70°C pour la grosse cavalerie : plats, casseroles… Au quotidien 50°C reste un bon compromis, sous réserve de monter de temps à autre au delà de 60°C pour bien dégraisser les fonds de cuve.
  • Le liquide de rinçage intervient dans l’avant dernière phase, juste avant le séchage. Il neutralise l’alcalinité résiduelle sur la vaisselle et/ou dans la cuve. Ce composant acide permet un séchage rapide pour une vaisselle brillante et sans trace.
  • Bien choisir son produit de lavage. Sur le marché il existe pléthore de produits pour le lave vaisselle. Reportez-vous au mémo : Pastilles, poudre ou liquide. Un produit de lavage trop alcalin permet de pallier aux déficiences d’un appareil mal réglé ou un peu ancien, mais en contrepartie il décape la vaisselle.

Quelques précautions lors de l’apport de sel :

  • Si le sel déborde bien le récupérer, le sel en contact avec l’inox peut créer un point de rouille et percer la cuve. Si c’est l’eau saumâtre qui déborde prévoir un rinçage à froid pour éviter une vaisselle blanche au lavage suivant.
  • Bien refermer le réservoir à sel pour éviter que de l’eau salée ne se retrouve dans la cuve pendant le lavage suivant mais aussi pour éviter que l’eau de lavage ne rentre dans le réservoir à sel et n’endommage la résine de façon irréversible.
  • Contrôler l’étanchéité du joint du bouchon du réservoir à sel.
  • S’assurer que le sel ne s’est pas colmaté à la résine, brasser doucement avec le manche d’une cuillère en bois.