Une belle découverte !

Un toucher brut, anguleux, qui contraste avec la délicatesse de la mousse : légère, onctueuse et fine à la fois, ce  pain de savon se révèle être bien plus qu’un simple savon ! C’est comme une crème moussante qui se pose sur la peau, la nettoie en douceur, la protège et lui laisse un aspect satiné, visiblement hydratée.

Le savon par OKA, c’est le choix d’une hydratation naturelle, le luxe  d’un soin lavant protecteur.

Entre le surgraissage en karité, la part d’insaponifiables* de cette merveilleuse matière première (plus de 10%), la glycérine* naturellement produite et conservée intégralement, l’équilibre parfait entre ses 4 huiles végétales produites en AB : il est question ici d’un produit hors norme.

Riche en karité, puisque dosé à plus de 50% de ses matières premières végétales, il est remarquable pour toutes les peaux abimées, atopiques, agressées par les gels douches et autres savons desséchants. Il fera aussi le bonheur de toutes celles et ceux qui ne prennent pas le temps de nourrir leurs peaux après la douche. A l’instar du karité OKA, ce savon Or Blanc est un soin lavant universel : qu’il s’agisse de toilette intime, de savonner bébé en toute quiétude, de se démaquiller en douceur, que l’on ai une peau fine ou grasse, sujette à tiraillement ou au contraire inflammatoire et/ou acnéique ; une bonne toilette du visage avec ce pain de savon participe pleinement à la régulation du sébum.

Et aussi, comme savon de rasage pour assouplir le poil, se raser et s’hydrater en un seul geste ; comme shampoing solide pour gainer le cheveu et calmer les cuirs chevelus irrités, et encore pour partir en vacance avec un « tout en un » d’excellence…

 

* Quid des insaponifiables et de la glycérine

Pour bien choisir son savon solide, il convient aussi de bien comprendre les différences entre savon à froid, savon à chaud et savon aux bondillons.

Le savon c’est un processus simple et immuable :

Corps gras + Soude  → Savon solide + Glycérine.

Dans la pratique, plus de 95% des savons sont réalisés à chaud, le plus souvent au chaudron, à plus de 100°. Le processus est ultra rapide, la glycérine (actif hydratant et émollient de choix) est séparée du savon dans le but d’obtenir un savon dur, facile à travailler et à mouler. Même réalisé à partir de matières premières nobles, un savon ainsi dé-glycériné, est avant tout desséchant, voir irritant.

Sur le marché il existe aussi des bondillons de savons  (copeaux de savon) que certains  industriels achètent prêts à l’emploi. A la refonte, il suffira de rajouter des huiles essentielles ou autres actifs « prestigieux » pour relooker un produit de base souvent peu glorieux.

Et le savon à froid ? La cuve est à peine chauffée,  juste pour rendre homogène le mélange des huiles et des beurres : maximum 40/45° avec deux objectifs :

  • Préserver au maximum les actifs des huiles mises en œuvre, notamment les précieux insaponifiables (1).
  • conserver intégralement la glycérine produite pendant la saponification.

A froid, le process est bien plus long, compter de 4 à 6  semaines contre quelques heures  pour la saponification au chaudron. La production de savon à froid est d’ailleurs bien souvent artisanale.

Les savonniers à froid travaillent soit en :

–  « réduction de soude » c’est à dire en sous dosage de soude, une partie des corps gras ne sera pas transformée.

– rajout  à la fin du processus, d’une huile ou d’un beurre pour sur-graisser.

(1) Chaque matière grasse,  huile ou beurre, a une part d’insaponifiable qui lui est propre, c’est à dire une part que la soude ne pourra jamais transformée.

Il y a donc deux apports de surgras dans un savon à froid :

– Les insaponifiables de chaque corps gras qui s’additionnent.

– Le rajout éventuel en fin de saponification et/ou les corps gras préservés par la réduction de soude.

 

Entre la glycérine, la notion d’insaponifiables, le surgraissage, un savon à froid c’est le must ! Si de plus, les corps gras sont de belles qualités et riches en insaponifiables, le résultat sera d’autant plus remarquable. 

Si en moyenne la part d’insaponifiables des corps gras varie de 0.5 à 2 voir 3%, à l’analyse le karité OKA est à plus de 12% c’est donc un indicateur fort de qualité du produit fini.

Mais en vrai, c’est quoi au fond ces insaponifiables dont on vous rabat les oreilles : des polystérols, polyphénols, minéraux, vitamines, enzymes (coenzymes Q10..), et autres esters résineux …

Et à quoi ça sert : ces actifs se retrouvent intacts dans le savon, c’est ce qui explique  pourquoi le confort est immédiat, la peau est très vite soulagée, réhydratée, c’est un cercle vertueux,  le processus de réparation cutané peut se mettre en place sans être agressé par la douche suivante.